Vendredi 12 juillet 2019


15 juillet 2019

La directrice générale du Réseau local d'intégration des services de santé Champlain, Chantale LeClerc, a été congédié mercredi dernier. L'infirmière de formation occupait se poste depuis plus de 10 ans. Selon le président du conseil d'administration, le renvoi serait relié à la restructuration du système de santé lancée par le gouvernement Ford. Le RLISS de Champlain a nommé une directrice par intérim, il s'agit de Catherine Butler.

*Crédit photo : Le Droit

--

Le refuge KnotFurgotten Cat Rescue d'Ingleside a été la proie des flammes mercredi soir. La famille qui opérait l’organisme se retrouve sans logis et on estime à 60 le nombre de bêtes qui ont péries dans le feu. La Croix-Rouge s’occupe de la famille et une page GoFundMe a été lancé pour sauver le refuge.

--

C'est officiel, on ne parlera plus du Village de Casselman, mais bien de la municipalité de Casselman. Les élus ont voté pour le changement de nom à l'unanimité. Le maire, Daniel Lafleur, affirme que la crédibilité de Casselman augmentera en enlevant le mot village. Il ajoute que ça fera plus sérieux lorsqu'ils feront des demandes auprès des gouvernements. On ne sait pas quand les panneaux d'accueil seront changés, mais le tout sera inclus au budget de 2020.

--

Une espèce invasive de gobie a été identifié sur le canal Rideau. Elle proviendrait de la mer Caspienne. Les chercheurs de l’université Carleton tente maintenant de répondre à certaines questions. Comment sont-il s arrivés là? Et comment éviter qu’ils atteignent la rivière?

--

À Ottawa : les conseillers ont officiellement voté en faveur du projet d'agrandissement du Château Laurier. Le promoteur pourra donc commencer les travaux sous peu. Un projet controversé dénoncé par la député fédérale et ministre de l'Environnement Catherine McKenna. Elle affirme que les promoteurs doivent soumettre un autre projet plus harmonieux avec le design du Château. 

--

En terminant, des nouvelles de l'ancien employé de Desjardins qui aurait volé les renseignements  de près de 3 millions de membres de la coopérative. Selon des informations obtenues par le Journal de Montréal, ce dernier aurait vendu des renseignements auprès de groupes criminels à l'étranger. Le tout se serait déroulé via le dark web. Les dirigeants de Desjardins n'ont pas voulu commenter sur ces informations.