Jeudi 29 août 2019


29 août 2019

À Clarence Rockland, le conseiller du quartier 5, André Lalonde, a réagis envers une décision prise par l’administration municipale. Ils sont venus en aide à un sinistré en louant une pompe pendant 40 jours. Le tout a coûté 11 000$. André Lalonde souligne que la ville n’était pas responsable de fournir ce type d’équipement pour aider les sinistrés à sauver leurs maisons ou résidence secondaire. Ceux qui ont pris cette décision se sont défendus en soulignant la détresse dans laquelle cette résidence spécifique était. N’empêche, M. Lalonde garde sa position.

--

Les pompiers de Cornwall reçoivent des cours et entraînement spécialisés pour travailler avec les jeunes ou les adultes autistes. Ils ont aussi reçu un kit qui sert à calmer les individus ayant un trouble de l’autisme. Le tout, courtoisie de Rachel’s kids. La raison, les manques de communication possible entre les premiers intervenant et les gens ayant ce trouble. Ce, qui est déjà arrivé dans le passé.

--

En entrevue à CBC, le Maire de Casselman a exprimé sa colère envers l’agence ontarienne des eaux. Selon lui, la municipalité devrait considérer reprendre le contrôle de son plan d’eaux afin d’avoir le contrôle sur le service reçu. Les problèmes pourraient être réglés dans la prochaine année selon l’agence, mais cette réponse ne satisfait pas le maire.

--

Recycle action se débarrasse des tonnes de plastique agricole dans leurs entrepôts. Ils enverront le tout à une cimenterie à Québec qui utilisera le plastique comme carburant. Robert Lefebvre, coordonnateur chez Recycle action, affirme que la cimenterie sauve le projet, puisque la compagnie approchait une situation de crise en accumulant ces tonnes de plastique.

--

Du nouveau dans le dossier de la survie du journal Le Droit, les employés de groupe Capitales Médias auraient voté pour que le syndicat planche sur un plan d’affaire coopératif. La présidente de la Fédération nationale des communications estime que les employés pourraient détenir 10 à 15% des actions de l’entreprise. Questionnée par Radio-Canada, un professeur de l’université d’Ottawa dit douté de l’efficacité d’un tel plan. Si la situation financière est déjà difficile, il ne voit pas comment une copropriété avec les journalistes améliore le bilan financier.